​Bateaux à hydrogène : en France, les initiatives se multiplient dans le domaine fluvial

Dans un communiqué, le comité des armateurs fluviaux souligne l'accélération des projets en matière de bateaux à hydrogène et liste les différentes initiatives en cours.

Si l'électrique à batteries a été durant longtemps la solution "zéro émission" priviligiée par les opérateurs, ces derniers sont de plus en plus nombreux à choisir la voie de l'hydrogène. Alors que la ville de Nantes inaugurait il y a quelques jours son nouveau passeur à hydrogène, deux autres initiatives lancées par les transporteurs fluviaux devraient voir le jour au cours des prochains mois.

Flagships en 2021

Financé par le programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de l'Union Européenne, le projet Flagships prévoit la construction de deux navires répartis entre Lyon et la ville norvégienne de Stavanger.

A Lyon, le bateau à hydrogène sera exploité par la Compagnie Fluvial de Transport (CFT) et servira de pousseur sur le Rhône avec une technologie fournie par ABB. A Stavanger, le navire à hydrogène sera exploité par Norled pour assurer le transport de voitures et de passagers à l'échelle locale.

Le premier navire du projet flagships sera mis en service en 2021.

PM 13 pour 2023

Baptisé PM 13, le second projet cité par le comité des armateurs fluviaux vise à construire un bateau d’un gabarit de 13 m x 5,80 m équipé́ d’un système conjuguant batteries et dispositif à pile à combustible. La puissance du système sera équivalente à 2 x 285 kW en diesel.

Attendu en 2023, ce pousseur à hydrogène pourra déplacer des barges pouvant atteindre 2.800 tonnes entre les 11 ports parisiens de CEMEX. Il pourra également assurer le convoyage d’établissements flottants non propulsés (restaurants, pontons flottants, etc.).


Flagships, PM 13, Comité des armateurs fluviaux,

Partager cette actualité