Première mise à l'eau pour le futur catamaran électrique du Yacht Club de Monaco

Attendu mi-juillet en Principauté, le futur catamaran électrique du Yacht-Club de Monaco vient de valider ses premiers tests techniques.
 
Si l’épidémie de Coronavirus a considérablement ralenti l'activité, les chantiers navals mettent les bouchées doubles pour tenir leurs délais. En Bretagne, le Chantier Bretagne-Sud vient de « déconfiner » le futur bateau électrique du Yacht-Club de Monaco. Une mise à l’eau technique destinées à vérifier la bonne étanchéité de l’embarcation et à relever sa ligne de flottaison.
 
Long de 12,5 m, ce catamaran à propulsion électrique est l’une des plus grosses réalisations du chantier de ces dernières années. « Jusqu’alors, notre plus grosse construction était la barge de neuf mètres pour la Compagnie des Ports. Là, on passe au dessus avec la perspective d’une série à suivre » précisent des responsables de la société, interrogés par le quotidien « Le Télégramme ».
 

Batteries + pile à combustible

Si la crise sanitaire en cours peut encore bouleverser le calendrier, l’objectif est de livrer le bateau pour la mi-juillet. Animé par deux moteurs électriques de 200 kW alimentés sur batteries, ce catamaran zéro émission sera en partie « auto-suffisant » grâce à des panneaux solaires. Pour prolonger l’autonomie, une pile à combustible fonctionnant à l’hydrogène sera également installée.
 
Destiné au Yacht-Club de Monaco, le navire servira à encadrer certaines compétitions organisées par le club mais aussi à observer les mammifères marins dans le cadre du programme Pelagos, un sanctuaire marin dont la mise en place associe la France, l’Italie et Monaco.


Yacht Club Monaco, Bretagne-Sud,

Partager cette actualité