​Des batteries de seconde vie pour les bateaux électriques de Paris Yacht Marina

Spécialiste des croisières privées et professionnelles, Paris Yacht Marina vient d’officialiser le lancement de ses deux premiers bateaux électriques : le Black Swan, et le Rubis. Point commun aux deux modèles : le recours à des batteries de « seconde vie » fournies par Renault.
 
Premier navire de cette flotte 100 % électrique, le Black Swan est équipé de deux chaines de propulsion 100% électriques, de 10 kW alimentées par deux packs batteries de 15 kWh. Issues d’une première vie à bord d’un véhicule Renault, ces batteries détiennent encore une capacité de l’ordre de 70 à 80% par rapport à leur état initial. Elles ont donc été reconditionnées afin d’entamer une seconde vie pour un nouvel usage à bord des bateaux de Paris Yacht Marina. Affichant 15 km/h de vitesse maximale et 9 km/h en vitesse de croisière, le Black Swan promet une autonomie de plus de 3 heures à vitesse de croisière (9 km/h).
 
Entre deux croisières, le bateau sera branché sur une borne disposée sur son ponton d’accostage et deux chargeurs embarqués de 4 KWh chacun lui permettront de retrouver sa pleine autonomie en moins de quatre heures
 
« Le lancement commercial du Black Swan concrétise l’évolution de notre entreprise en termes de transition énergétique en privilégiant la lutte contre le gaspillage ; nous souhaitons par cette action être inspirant pour les usagers du fleuve » souligne Didier SPADE, PDG de Seine Alliance, dont Paris Yacht Marina est la marque pour son activité parisienne.



Le Rubis pour le printemps 2021

Plus petit, le Rubis reçoit deux moteurs Torqeedo de 4 kW chacun, lui permettant d’atteindre la vitesse de 12 km/h, maximum autorisé pour le transport de passagers à Paris. En pratique, les croisières, pour être confortables et bien profiter du paysage, s’effectuent autour de 8 à 9 km/h, et permettent alors d’avoir une autonomie de 3 heures. Les batteries du Rubis sont constituées de 4 packs de 6 KWh réparties sur les deux chaines de propulsion (soit 12 KWh par groupe propulsif). Pour l’heure réservé au stade de démonstrateur, il rejoindra la flotte commerciale de Paris Yacht Marina au printemps 2021.



Le Black Jack pour le côté sportif

Le troisième bateau de Paris Yacht Marina destiné à recevoir une propulsion 100 % électrique, le Black Jack brillera essentiellement par ses performances sportives.
 
Actuellement amarré au port de Grenelle, cet Offshore de 11 mètres va prochainement délaisser ses deux moteurs essence de 450 chevaux au profit d’une propulsion électrique lui permettant d’atteindre une vitesse de 20 nœuds (37 km/h) avec une autonomie suffisante pour la plupart des utilisations quotidiennes en plaisance.
 
« Les performances de vitesse pourront être atteintes grâce au partenariat étroit engagé entre Paris Yacht Marina et Green Vision, qui a acquis une expérience pratique sur l’intégration de batteries de seconde vie pour des applications diverses » détaille Yann LELONG, PDG de Green Vision.


 

Le Clipper pour le transport de passager

 
Dernier projet mentionné par Paris Yacht Marina : l’électrification du Clipper Paris, son unité amirale, dont la conversion à l’électrique constituera une première pour une unité de ce type d’un gabarit de 54 mètres.
 
« L’électrification du Clipper Paris fait partie d’un groupe pilote constitué par différents armateurs parisiens représentant des usages diversifiés en matière de navigation fluviale » explique le communiqué de Paris Yacht Marina. Un programme soutenu par la Communauté Portuaire de Paris, VNF, HAROPA, le Fonds National d’Aménagement du territoire et de la Région Ile-de-France.
*


Paris Yacht Marina, Paris, France,

Partager cette actualité