​Flagships : une péniche à hydrogène sur la Seine d'ici fin 2021

Inscrite dans le cadre du consortium Flagships, cette première péniche à hydrogène sera mise en service par Sogestran et sa filiale CFT d’ici fin 2021.

Face à la crise du Covid, le projet Flagships change ses plans. Alors que le programme d’origine prévoyait la mise en place d’un bateau pousseur à hydrogène à Lyon, c’est finalement Paris et la Seine qui ont été retenus.

« Ce revirement s’inscrit dans le contexte de la crise Covid. Sogestran a décidé de recentrer des investissements dans la distribution fluviale urbaine. Transformer notre projet de pousseur hydrogène en bateau de transport, c’est à la fois une belle vitrine et une traduction de notre volonté de répondre à ces nouveaux modes de consommation » explique Victor Laravoire, directeur des constructions neuves de CFT, interrogé par Mer et Marine.

Long de 55 mètres, c’est un modèle d’automoteur Zulu développé par Blue Line Logistics qui sera converti à l’hydrogène. Figurant parmi les partenaires du projet, ABB Marine & Ports et Ballard fourniront les différents composants hydrogène du navire. Celui-c sera alimenté par une pile à combustible de 400 kW.

La mise en place de ce Zulu à hydrogène sur la Seine est prévue pour fin 2021. En parallèle, les autres partenaires du projet Flagships travaillent sur le déploiement d’un second navire en Norvège. En cours de construction en Turquie, ce navire dédié au transport de passagers pourra accueillir jusqu’à 110 personnes. Opéré par Norled, il assurera la desserte entre Judaberg et Helgøy (Norvège).


Flagships,

Partager cette actualité