Seaglider : l'étrange projet de bateau volant de Brittany Ferries

A mi-chemin entre l’avion et l’hydroglisseur, le Seaglider pourrait être utilisé par la compagnie pour relier Cherbourg à Portsmouth en seulement 40 minutes.

Alors que la transition énergétique est désormais au centre des préoccupations de l’ensemble des compagnies maritimes, Brittany Ferries va plus loin et envisage de changer complètement de modèles. Associé à la startup américaine Regent, le géant des liaisons transmanche pourrait bientôt recourir à des bateaux volants.

Baptisé Seaglider, l’embarcation de Regent se présente comme un navire doté d’hélices. Capable de voler juste au-dessus de l’eau grâce à un système de foil, elle fait appel à une motorisation hybride dont les caractéristiques ne sont pas précisées. 

La traversée de la Manche en 40 minutes

Si l’engin devra encore faire ses preuves en conditions réelles, les performances annoncées sont impressionnantes. Capable de transporter 50 à 150 passagers selon sa configuration, le Seaglider pourrait grimper jusqu’à 290 km/h. Alors que 6 heures sont aujourd’hui nécessaires à un ferry pour relier Portsmouth et Cherbourg, le Seaglider n’aurait besoin que de 40 minutes pour réaliser le même exercice.

« Le nouveau mode de transport, 100% électrique, se déplace comme un hydrofoil et vole comme un avion, tout en conservant le confort et la maniabilité d'un ferry », résume le communiqué de Brittany Ferries.

La mise en service du premier navire pourrait intervenir en 2028. D’ici là, Regent prévoit de travailler sur des embarcations de taille plus modeste dont la mise à l’eau pourrait intervenir à compter de 2025.


Brittany Ferries,

Partager cette actualité