Energy Observer : le bateau à hydrogène mis à l’eau

Alimenté à l’hydrogène, l’Energy Observer a été mis à l’eau ce vendredi 14 avril à Saint-Malo pour un tour du monde de six ans réalisé en une centaine d’escales.
 
Initié par le capitaine Victorien Erussard et l’explorateur Jérôme Delafosse, l’Energy Observer a été mis à l'eau ce vendredi 14 avril à Saint-Malo. Long de 30 mètres, ce catamaran est capable de produire son propre hydrogène à partir de l'électrolyse de l'eau de mer compressé et stocké puis converti en électricité grâce à la pile à combustible. Cette énergie 100 % renouvelable viendra compléter celle apportée par 130 m² de panneaux solaires, deux éoliennes et une aile de traction intelligente qui se servira des vents pour faire avancer le bateau.

Smart-grid flottant

Présenté comme un « smart grid flottant » par Victorien Erussard, inspiré par l’avion solaire Solar Impulse pour lancer le projet, ce bateau électrique est parti pour un voyage de six ans à travers 50 pays et 101 escales. « Là, vous avez un exemple absolument merveilleux d'un bateau qui est autonome. Et si ce bateau peut être autonome, à terme une ville, un immeuble, un quartier, un pays pourraient être autonomes, et l'autonomie énergétique, c'est aussi une autonomie politique » a souligné Nicolas Hulot, parrain de l’aventure.
 
Parmi les partenaires du projet figurent Air Liquide, qui est intervenu sur toute la partie hydrogène, mais aussi le CEA Liten qui voit en l'initiative une opportunité de pouvoir tester les technologies de demain.  « C'est la première fois qu'on met tout ça en marche. Ça va permettre de booster les recherches. Nous ne sommes pas là pour le record mais pour les emplois verts du XXIe siècle » a déclaré Florence Lambert, directrice de l'Institut CEA-Liten de Grenoble et Chambéry, au quotidien « Le Télégramme ».
 
Avant d’entamer son tour du monde de six ans, l’Energy Observer débutera par un tour de France et fera notamment escale par Paris début juillet.

Partager cette actualité